Tendance du retour à la nature : la publicité s’y met aussi

Urgence climatique, crise sanitaire, colère sociale, le monde connaît des bouleversements sans précédent. Face à ces évolutions, les entreprises doivent modifier leurs publicités et leur façon de communiquer en général.

Des consommateurs à bout de souffle

Avec Internet, les consommateurs sont hypers-connectés c’est-à-dire qu’ils ont accès à tout, ou presque, en quelques clics. Il s’offre alors à eux un éventail de possibilités infinies, accessibles sans sortir de chez soi. Apprendre une nouvelle langue ou jouer d’un instrument, devenir expert en botanique ou un pro de la cuisine… Avec le web, la frontière entre les classes sociales ou les pays n’existe plus.

Si ceci a plein d’avantages, une question demeure : comment choisir ? À être sollicités en permanence, les usagers se perdent entre ce que les algorithmes attendent d’eux et ce qu’ils veulent vraiment.

Ainsi, face aux marques de plus en plus nombreuses et proposant des offres très similaires simultanément, les consommateurs ne savent pas quoi choisir ni à qui faire confiance. Pire, cet hyper choix engendre de la frustration qui fige les clients : incapables de renoncer à une offre, ils ne peuvent en choisir aucune.

Pour un retour à l’élémentaire : la politique du slow

Se déconnecter devient un véritable besoin chez les individus. Ce constat est encore plus fort en ville où les affichages publicitaires les sollicitent inlassablement. Ils plébiscitent alors un retour à la nature.

Les publicitaires ont donc tendance à simplifier leurs offres afin de revenir à l’essentiel et ils se tournent massivement vers la slow economy. Au sein de celle-ci, on trouve notamment la slow-food qui se fonde sur une agriculture moins intensive, tournée vers le local et qui se cale sur le cycle naturel du monde (avec des fruits de saison par exemple). Les entreprises se lancent également dans les slow-tech, des technologies moins énergivores et plus écologiques. Même en interne, le slow est présent. Ainsi, avec le slow-managment, les dirigeants préfèrent le dialogue avec leurs collaborateurs plutôt que la course à la productivité.

Plus que jamais, le marketing responsable et le développement de la RSE sont la priorité des entreprises.

La personnalisation de la communication

Par ces politiques, la publicité devient moins agressive et se concentre sur des valeurs fondamentales. C’est un premier pas vers le consommateur que les marques ne peuvent pas complètement arrêter de solliciter.

Une autre tendance pour moins mais mieux toucher les clients est la personnalisation. Avec des outils CRM, les entreprises peuvent cibler les usagers en fonction du marché auquel ils appartiennent, de leurs précédents achats et retours. Cette personnalisation peut aussi bien porter sur la communication (marketing relationnel) que sur les offres, via le contenu promotionnel par exemple.

De cette manière, le client se sent reconnu et unique, il n’est plus un simple individu que toutes les marques sollicitent au hasard mais une personne choisie. Le nombre d’offres qui lui correspondent est alors plus restreint et fait réellement sens. Ceci entraîne la confiance en la marque et à terme, la fidélisation. La communication est, de cette façon, rendue plus humaine.

Chez CWA, nous mettons en place des logiciels CRM sur-mesure afin que vous soyez proche de vos clients et les plus pertinents pour eux. Aussi utile dans les domaines RH et marketing, le CRM représente la personnalisation globale de tous les services, répondant ainsi au besoin humain actuel de reconnaissance.

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart